Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PICT1475

Pour sa première rando organisée, LuLu nous clame sa joie par écrit et ça pour notre plus grand plaisir...

Salut les p'tits lapins!
Voila une journée qui commençait bien!: soleil, terrain sec, vent faible mais froid, température -2°, vélo bien graissé (moi aussi mais pas le vélo), jambons affûtés ( les miens sont secs). Bref l'annonce d'une matinée réussie ! sauf que ça faisait 10 mns que je poireautais devant le clapier (pour une fois que j'étais en avance). M'aurait-on posé un lapin ! Non, tiens une voiture ! puis deux, trois, quatre, cinq, un car, deux cars, un camion, une bétonnière, une "bétaillère", un troupeau de lapins en rut ! (je fabule). Enfin, me voilà plus seul pour affronter les tranchées de St Aubin du chemin des dames.
Après la répartition des équipages dans chaque véhicule, nous partîmes vingt et cent pour affronter l'ennemi redoutable, la soif, la faim, le manque de cervoise, de rôti de sanglier et de tarte à la fraise ( ça c'est bon !). Bref, on est tous sur nos vélos et on caille. Pour un lapin c'est une grande faiblesse mais pas insurmontable. Je me retrouve au bout de trois heures, non deux heures, bon d'accord, 10 mns, seul au monde. Je ferme la marche "i walk alone". kévin et Mathieu sont devant, je ne les reverrais qu'au prochain ravito ( les affamés)Philippe et Seb très discrets sont derrière. Ils ne disent rien mais sont toujours dans le tempo, réguliers et réglés comme une horloge espagnole ( c'est nouveau et moins cher qu'une suisse). Le grand Michel s'éclate partout sur le terrain : montée, plat, descente (la descente c'est son point fort mais surtout liquide) il fait même le bon samaritain en dépannant un jeune poulet sur la route. C'est son côté St Michel de l'enfant Jésus du St dépannage de vélo. Après le 2ème ravito, Ronan décide de couper court à la rando. Il choisit les 8 kms pour rejoindre St Aubin : Pourquoi était-il pressé de rentrer ? aurait-il oublié de payer sa facture d'électricité, ses impôts , bref on ne le reverra plus. Mon coeur se noie d'amertume et de tristesse à l'idée de ne plus le revoir. (sniff)
Après trois heures de pédalage intensif, je suis sur le cul. J'aperçois Fred au sommet d'une côte assis dans l'herbe. Il prend des photos. Je lui mets 200 m mais pas pour longtemps car au bout de 3 mns, c'est moi qui suis à 200 m et ensuite ça s'enchaîne : 3,4,500 m. J'entrevois un petit point rouge qui me donne l'impression de ne plus avancer. J'en profite pour... cueillir des fleurs, je sifflote,je chante les louanges du moteur à explosion. Je suis démoralisé.j'ai envie de me pendre à la chaîne de mon vélo mais oh grand bonheur, je n'ai rien pour déchaîner, donc je reprends la route.
Un challenge se fixe à nouveau pour moi, DH63 ( coulé) est en point de mire. mon objectif, c'est lui. Je le vois, le sens (mauvais), le touche (non mais !) J'appuie et finis par le rattraper. J'ai senti chez lui un moment de complaisance, je le soupçonne de ralentir volontairement (peut-être avouera-t-il cet acte de grâce )
Nous finissons les 45 kms ensemble sous l'acclamation de la foule en délire. Les filles nous embrassent, les photographes nous fusillent, nous sommes exténués mais contents, contents... très contents que ça se termine.
Vive le lapin de La Garenne.
le 30ème

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :